Organisation de la ville de New York

     Chaque communauté d'immigrants tout juste arrivés à New York s’installe dans un quartier qui lui et propre : les Allemands à « Little Germany » ; les Afro-américains à « Harlem » ; les Italiens à « Little Italy » ; les Chinois à « Chinatown » ; les Portoricains à « Spanish Harlem », etc...

manhattan-2.jpg

Organisation de la ville de New York

     Le grand New York tel qu'on le connaît aujourd'hui est constitué de 5 Districts, à savoir Manhattan, Bronx, Brooklyn, Queens et Staten Island. Chacun d'eux est divisé en plusieurs quartiers, qui sont chacun eux mêmes divisés en Blocs.

Manhattan

      La presque ile de Manhattan accueille en 2000 une grande majorité de Blancs, qui se rassemblent sur la partie centre et sud du district. A l’extrême sud se situe Chinatown, quartier où se sont rassemblés les Asiatiques, en particulier les Chinois. On note également la présence d’une communauté hispanique et d’une communauté noire au nord de Manhattan. A cette période, on constate que les blocs sont très peu mixtes, et que cela soit dans les quartiers noirs, blancs, asiatiques ou hispaniques . Les communautés sont quelque peu refermées sur elles-mêmes.

répartition de la population de Manhattan Sud (2000)
répartition de la population de Manhattan Nord (2000)

 

En 2010 la majorité de chaque ethnie ne s'est pas ou peu déplacée, mais l’on remarque malgré cela une hétérogénisation des communautés: toutes les populations cohabite de plus en plus entres elles, sauf les asiatiques. Chinatown reste à plus de 85% constituée de personnes d’origines Asiatiques.

 

L'un des points assez connu et notable à Manhatan est le changement qui s'opère dans le Central Harlem. Il est observable dans ce quartier et dans les Blocks alentours. Le « Central Harlem » (nord et sud) ont une population croissante ( +9%, de 109,095 personnes en 2000 à 118,665 en 2010). Dans ce même laps de temps, la communauté Noire qui était majoritairement présente dans ces quartiers en 2010 diminue dans le « Central Harlem North » (-5,453) et dans le « Central Harlem Sud » (-4,091). La population Noire décroit également dans « Hamilton Heights » (-5,366). Ici, la communauté noire qui part est remplacé par la communauté Blanche qui réinvestit ces quartiers. Les populations ne disposant pas de revenus assez importants pour résister à la demande cèdent leur place au plus fortunés.

   

répartition de la population de Manhattan Sud (2010)
répartition de la population de Manhattan Nord (2010)

     Si l'on prend les revenus de chaque foyer de Manhattan, et que l'on recoupe ces données avec les lieux ou se situent les différentes ethnies, on se rend compte alors qu'à chaque type de population correspond une fourchette de revenu : tous les quartiers occupés par les Blancs, bénéficient des revenus les plus élevés (74,252 à 140,255 par an) en 2010. En opposition a cette population bénéficiant de revenus très élevés, le reste de l'ile de Manhattan habité par les communautés Asiatiques Noires et Hispaniques ne touchent alors que entre 2,200 et 38,501 dollars par an. Dans ce quartier, la population blanche est associée à la population riche, et les autres à la population pauvre.


[En chiffres: La population Blanche augmente de 58,000 personnes entre 2000 et 2010. La communauté  asiatique de 34,333 personnes. En opposition les populations noires et latines déclinent de 29,000 et 14,000, respectivement.]

Bronx

repartition de la population du Bronx (2000)

     En 2000, la population hispanique occupe la grande majorité du Bronx, elle se mélange avec la population noire, malgré le fait que la plupart des personnes de cette dernière communauté, demeurent au nord du quartier entre «Von Gortland-Bronx parks» et « Pehlam Bay Park ». Les Blancs ne se mélangent pas ou très peu. Ils résident au nord-est et sud-ouest du Bronx. Il n’y a cependant quasiment aucune présence Asiatique.

repartition de la population du Bronx (2010)

     Comme pour Manhattan, en 2010, la majorité des communautés ne bouge pas, ou peu. Elles sont également comme dans le cas de la presque-ile, moins homogènes qu’en 2000 (Les blocs ne sont plus constitués d’une seule ethnie très majoritairement présente, mais les grandes lignes restent les mêmes)


     Dans ce quartier, en 2010, c'est la population Hispanique qui a les revenus les moins importants (2,200 – 38,501 dollars par année). Les autres communautés sur le reste du quartier sont des ménages à revenus moyens, variant entre 38,501 et 74,252 dollars, on remarque tout de même que c'est la communauté blanche qui bénéficie également ici des revenus les plus élevés ( 60,502 - 74,252 $/an).


[En chiffres: La population Blanche continue à décliner dans le Bronx, perdant 42,000 résidents entre 2000 et 2010. La taille de la population Noire reste la même enregistrée à environ 416,000 personnes. Les Asiatiques croient de 8,770 Mais sont devancés par les Hispaniques qui voient leur nombre augmenter de presque 100,000 personnes (96,708).]

Brooklyn

répartition de la population de Brooklyn (2000)

     Dans ce quartier, la plupart des habitants sont Noirs ou Blancs en 2000. Les Blancs se situant au sud du district, et les Noirs au centre. La communauté Hispanique est malgré tout présente à la bordure Nord, accolée au Queens, ainsi que une minorité autour du Sunset Park West. Le peu de personnes Asiatiques du district cohabitent avec Blancs au Sud.

répartition de la population de Brooklyn (2010)

     En 2010, à Brooklyn presque aucune ethnie n’a laissé sa place à une autre, mais l’on remarque comme dans les 2 cas précédents que ces communautés sont moins refermées sur elles-mêmes : les Blocs ne sont pas constitués uniquement de Blancs ou de Noirs. Malgré certains quartiers tels que «Borough Park », qui reste presque exclusivement « Blanc », et pour citer un autre exemple, « Rugby Rensen Village », lui occupé de la même manière que le précèdent, mais par les Afro-Américains. On remarque que la population asiatique s’est développée, mais c’est comme à Chinatown, une population qui se mélange très peu.

     Dans le Nord de Brooklyn, à « Bedford », la population a le plus grand pourcentage de croissance de la ville -- 633% (une augmentation de presque 16,000 personnes), faisant passer le pourcentage de population blanche dans ce quartier de 4% en 2000 à 25.5% en 2010. Mais la population Noire reste encore prédominante dans ce quartier.
A Brooklyn les diffèrents emplacements des ethnies traduisent moins les différences de revenus, l'ensemble du quartier voit ses revenus actuels varier globalement entre 2,200 et 60,502 dollars mais l'on constate également que quelques communauté blanches rassemblés au nord est et sud ouest du quartier bénéficient de revenus très élevés entre 74,252 dollars et 140,255 dollars par an. Mais les plus pauvres reste les Noirs et Hispaniques.


[En chiffres: La population de Brooklyn augmente de 39,000 personnes. Les Blancs gagnent 38,774 individus pendant que la communauté Asiatique gagne 75,838 personnes. Les Noirs sont presque 50,000 de moins (-49,517).]

Queens

repartition de la population du Queens Nord (2000)
repartition de la population du Queens Sud (2000)

     C’est un district dans lequel en 2000, les populations se mélangent par quartiers, mais éprouvent encore quelques réticences à cohabiter par Blocs. Les communautés de Blancs, Asiatiques et Hispaniques font preuve du Mellting Pot le plus marqué de cette époque dans la ville. Mais presque tous les Afro-Américains vivent renfermés et regroupés au nord de l’aéroport John Fitzgerald Kennedy. Les Blancs sont répartis à peu près partout sur la superficie du Queens. La présence Asiatique est très marquée dans le Flushing, et l’Hispanique au North Corona.

repartition de la population du Queens Nord (2010)
repartition de la population du Queens Sud (2010)


     En 2010 on observe une grande expansion de la communauté résidant au Flushing, les Asiatiques prennent possession des blocs alentours, ainsi que les quartiers autour d’Alley Park. La population Hispanique reste presque identique, que ce soit au niveau de la superficie ou de l’homogénéité. C’est un bilan similaire pour la communauté Noire, si ce n’est que les quartiers South Jamaica et Baistey Park se voyent constitués de blocs ne comprenant plus quasiment qu’une seule communauté. La population Blanche fait de même que ces 2 quartiers : elle est moins uniquement entre elle.

     Dans le Queens, les écarts de revenus sont moins importants que dans les autres quartier, si l'on exclu l'extrême sud du quartier ou résident quelques représentants de la communauté noire qui ne perçoivent qu'entre 2,200 et  38,501 $ annuels. Il y a peu de personnes disposant de très faibles revenus. On observe un communauté Noire bénéficiant de revenus très élevés au sud ouest du quartier (74,252 – 140,255). Le gros des populations riches, sont à l'est du district. On constate tout de même que la population Asiatique du Flushing se voie disposer de revenus ne variant qu'entre 38,501 et 50,051 $/an, comme la communauté Hispanique au alentour de North Corona.


[En chiffre: La population de Blanc dans le Queens décline de 116,000 personnes quand l’Asiatique augmente d'un montant similaire (119,000). La communauté Hispanique décroit également (57,145 personnes), pendant que la Noire perd 26,950 individus.]

Staten Island

répartition de la population de Staten Island (2000)

      C’est le district un peu à l’écart de New York. En 2000 l’ile n’abrite presque que des Blancs, sauf à son extrême Nord où une petite communauté noire et minuscule communauté hispanique demeurent.

répartition de la population de Staten Island (2010)

     Les Hispaniques s’étendent un peu en 2010, les blocs noirs et blancs se voient moins unicommunitaristes . La population Asiatique commence à s’installer à la suite des Hispaniques.

      A Staten Island presque intégralité des revenus sont importants (74,252 – 140,255 $/an), tout comme la population qui est presque uniquement blanche. On constate que dans le Nord de l'ile ou s'installent de nouvelles populations, les revenus sont plus faibles, mais restent dans l'ensemble corrects (38,501 – 60,502 $/an).


[En chiffre: Staten Island croit de 25,000 habitants, mais les Blancs sont moins nombreux (-16,000). Les Hispaniques augmentent leur nombre avec 27,500 personnes en plus, suivit par les Asiatiques.
La plupart des changements raciaux/ethniques démographiques ont lieu dans le nord de l’ile.]




On en conclut alors que pour quasiment tous les quartiers, chaque communauté correspond à un revenu: Les population blanches étant toujours les mieux rémunérées, et les autres (noire, asiatique, hispanique) moins, ou voire très peu. La mixité se développe entre les populations, ne serais-ce qu'entre 2000 et 2010. On observe également un réinvestissement des quartiers occupés initialement par des communautés disposant de revenus plus faibles par des populations ayant un revenu annuel plus élevé. Malgré une tendance aux regroupements communautaires, presque toutes les populations semblent se mélanger au fils des décennies. Cependant cela n'empeche pas les habitants de la ville de revendiquer leur idenité new-Yorkaise et leurs origines.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site